2nde Guerre Mondiale

Les femmes et la seconde Guerre Mondiale

 

Auparavant, l'image de la femmes était celle de la mère au foyer qui s'occupait des enfants, de préparer les repas et qui effectuait les tâches ménagères.

Au début de la seconde Guerre Mondiale, les femmes sont loin d'être citoyennes à part entière : elles n'ont pas le droit de vote, ne participent guère à la vie publique. Mais pendant cette guerre, l'histoire des femmes évolue. Leur participation dans la guerre que s'imposent les puissances belligérantes (pays en état de guerre) fera évoluer leurs droits.

Elles ont changé de rôles et de statuts sociaux pour devenir des femmes ouvrières, des femmes politiques, combattantes... Sans en faire des soldats. (D'autres nations telles que le Royaume-Uni, les incorporent en tant qu'auxiliaires féminines. Les États-Unis, eux, mettent fin pour six ans à la perspective de la femme au foyer en employant 6 millions de concitoyennes dans les industries d'armement du Victory Program.)

Nous allons voir dans un premier temps, les différents rôles que les femmes ont eu avant la guerre, puis, dans un second temps, nous verrons ceux qu'elles ont eu pendant la guerre. Nous finirons avec les conséquences.

 

 

 

a) Les rôles des femmes avant la seconde Guerre Mondiale :

 

En matière d'éducation, les femmes sont plus souvent destinées à êtres des femmes au foyer. Elles apprennent à coudre, à laver, à repasser et encore à cuisiner. Dans la bourgeoisie, l'éducation est complétée par l'apprentissage des arts d'agrément (le piano, la broderie). Le début du 20ème siècle illustre la force de la domination masculine et les clivages (séparations, fractions) qu'elle implique.

Couture

 

 

 -

 

Nous ne retrouvons pas de femmes dans l'armée. Celles-ci étaient seulement employées en temps qu'infirmière civiles. Nous pouvons voir sur cette photo, Juliette Perdou, une infirmière décorée en 1917, le 15 juillet.

 Img tpe 3

 

 -

 

 

La première Guerre Mondiale n’a donné qu’une impulsion à l’emploi ouvrier féminin : les femmes représentent 32,2% de la population industrielle en 1914, et 36,3% en 1919. Nous retrouvons des femmes dans des tramways comme nuos pouvons l'observer sur cette photo ci-dessous.

Ouvrirere

Une fois l’Armistice signée en 1918, les femmes sont invitée au « retour aux traditions », à travailler dans les métiers traditionnellement féminin pour laisser les hommes reprendre leur place. Les modifications du travail féminin engendrées par la Première Guerre mondiale ne perdurent donc pas tant.

Mais on note tout de même leur présence en grand nombre dans l’industrie dans un contexte de croissance des secteurs porteurs de la seconde industrialisation où progressent la métallurgie, la chimie, l'électricité.

Les femmes qui garderont leur place seront souvent confrontée à des discriminations sexuelles.

 

-

 

 

Dans la société française les femmes sont marginalisées, dépendantes du mari, elles n'ont pas le droit de vote puisqu'elles ne sont ni électrices, ni éligibles et n'ont aucun droit social.

 

 -

 

b) Les rôles des femmes pendant la seconde Guerre Mondiale (1939-1945) :

 

 

 

La Résistance désigne un mouvement qui s'oppose à l'occupation d'un pays par des forces étrangères à partir de la Seconde Guerre Mondial. Ce terme était utilisé pour une lutte contre l'occupation nazi pendant cette guerre, dans divers pays de l'Europe où l'Allemagne fut dominante. En France, nous retenons Lucie Aubrac, femme ayant eu un rôle remarquable durant cette période. Elle et son mari, Raymond Aubrac, contribuent à faire de Libération (un journal clandestin,s'adressant à tous les antifascistes, aux gens de gauche, aux syndicalistes) le mouvement de résistance le plus important en zone sud (après le mouvement Combat fondé par Henry Frenay).

Lucie aubrac 1944 luciedetouslestemps clunisois fr1

 Lucie Aubrac

 

-

 

En 1939, six mille six cent femmes s'engage dans l’Armée Française, grâce à la loi du 11 juillet 1938 « Paul Boncour ». Elles sont alors majoritairement ambulancières et/ou servent dans les Sections Sanitaires Automobiles (SSA). 

004522

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, mise à part dans l'armée Japonaise, il y a des femmes auxiliaires dans toutes les armées. Ci dessus, nous pouvons voir une photo datant de mai 1943, où des femmes conductrices et infirmières du Corps franc d'Afrique sont postées.

 

Les femmes ont beaucoup travaillé dans l'ombre, elles ont pris le maquis, saboté de nombreuses fois du matériel allemand, et même détruit des voies ferrées pour éviter les rechargement de ceux-ci en nourritures ou armes.

 

La Women's Auxiliary Air Force (WAAF ou WAAFs pour désigner ses membres) est une force féminine auxiliaire de l'aviation de la Royale Air Force (RAF) durant la seconde Guerre Mondiale, fondée le 28 juin 1939. A sa force maximale, en 1943, elle comptait 180 mille membres avec plus de 2000 nouvelles recrues féminines par semaine. 

 Sans titre 

Le recrutement au sein de la WAAF n'a ensuite pas eu lieu avant le 12 juin 1941 et ne s'appliquait pas qu'aux femmes non mariées en âgées de 20 à 30 ans. En vertu d'un acte du Parlement de décembre 1941, elles avaient le choix entre le divers services auxiliaires, ce qui pouvait impliquer le travail en usine.

 

 

 

 

Pendant la seconde Guerre Mondiale, les hommes n'étant plus disponibles, le travail en ville, dans les champs, dans les usines est fait par les femmes. Elles ont essentiellement construit des munitions (des obus), des pièces pour les navires et les avions. Elles ont eu le don de construire avec peu de ressources.

 Femmes et g m 1Femme usine

Les femmes démontraient une par une leurs capacités à faire le même travail que les hommes. Sur cette affiche publicitaire américaine ci-dessous,  nous pouvons voir une femme fière et décidée. Elle se nomme Rosie the Riveter et a pour slogan "We Can Do It" (pour traduction : "Nous Pouvons Le Faire"). Cette affiche, crée en 1943, symbolise les 6 millions d'ouvrières américaines de l'industrie militaire et devient un icône du féminisme. 

Sans titre 1

Le plus grand rôle occupé par les femme restait dans la médecine, aux fronts essentiellement. Sans elles, rien aurait pu réussir, les Français seraient tombés un a un sans pouvoir se relever. Leur rôle a été décisif.

 

 

-

 

 

Pour beaucoup, le droit de vote fût accordé aux femmes en « récompense » de leur participation dans la résistance. Mais ce fût un parcours plus difficile qu'il n'y paraît. Les femmes se sont battue. Le droit de vote ne sera accordé aux française que par une ordonnance de 1944, par le Général de Gaulle. Le 20 avril et le 13 mai 1945, les femmes participent pour la première fois à des élections municipales.  

Sans vote

Dix mille conseillères municipales sont élues. Lors des premières législatives, une trentaine de femmes sont élues à l'Assemblée Nationale, soit 5,6 % des députés et seulement 3,6 % au Sénat. Pour la plupart, ces femmes sont issues de la résistance ou sont femmes de résistants (Gilberte Brossolette, Mathilde Péri).

Au sein du gouvernement même, il y a peu de femmes : une sous-secrétaire d’État à la jeunesse et aux sports, qui restera pendant 6 mois en 1946, et une ministre, Germaine Poinso-Chapuis, ministre de la santé en 1947.

 

 

 

c) Conséquences

 

 

 

Après la seconde Guerre Mondiale, le travail domestique est toujours présent dans la vie de la femme. Le progrès des appareils ménagers réduit l'épuisement de la femme qui va cuisiner et nettoyer de plus en plus. La ménagère commence à travailler dans les années 50', faisant place à la femme active.

 

- 

 

Les campagnes vont être un lieu stratégique en France pour nourrir la population. Les femmes passent de la ferme à la maison tout en effectuant les taches ménagère. Les hommes ne les aident pas, elle doivent tout assurer. Cependant, avec l'arrivée de la mécanisation réservée aux hommes, les femmes vont devoir rester au foyer. La femme des années 50' ne va pas s'arrêter de travailler pour autant. Elle va se libérer de plus en plus avec le temps et la société va accepter le vœu des femmes d'être plus indépendante.

 

-

 

Les femmes ont joué un rôle un prépondérant dans l'économie de guerre, mais une fois la paix rétablie, on exerce sur elles une pression telle, qu'elles se vient forcées de quitter leur emploi et rentrer au foyer.

 

 

En 1945, le congé maternité dont les femmes ont eu droit en 1909, de 8 semaines devient obligatoire et indemnisé à 50 %. En 1666, le congé maternité est passé à 14 semaines, et depuis 1980, il est de 16 semaines.

 

-

 

Aujourd'hui, peu de femmes arrivent au pouvoir ; elles ne sont pas élues le plus fréquemment par fautes de discrimination par les hommes. Si elles obtiennent un poste politique, elles ne se situeront pas, le plus souvent, plus haut que le poste de « premier ministre ». Il se pourrait que les français est « peur » de se faire diriger par une femme.

 

 -

 Rescapée de la Shoah, elle entre dans la magistrature comme haut fonctionnaire jusqu'à sa nomination comme ministre de la santé, en mai 1974 par Giscard D'Estaing. Dès qu'elle est élue, elle prend position pour l'avortement. C'est en 1974 que Simone Veil présente son projet pour l'avortement : elle devient alors la femme préférée des français. Ce que voulaient les françaises, elle l'a exaucé. En effet, le MLF (Mouvement Libération de la Femme) réclamait cette législation, surtout que la pratique d'avortement qui était interdite, se faisait quand même.

Simone veil

Simone Veil

 

 

 

 

La première Guerre Mondiale a eu beaucoup d'effets sur les Femmes. Grâce a celle-ci, les femmes ont pu et ont dû travailler afin de remplacer leur mari partis. Elles ont également  aidé l'armée, en soignant les soldats blessés, en tant qu'infirmières civiles. Mais la seconde Guerre Mondiale, elle, a marqué l'émancipation de la femme. Elles se sont engagées militairement, politiquement, elles ont obtenues le droit de vote mais encore le droit d'avortement. La femme, avant considérée comme inférieur à l'homme fut alors capable de prouver le contraire. 

 

 

 

 

 

 

 

10 votes. Moyenne 4.20 sur 5.